LE QUATUOR A CORDES N°12 EN FA MAJEUR OP.96

« AMÉRICAIN » D’ANTONIN DVORÁK

repris sur instruments BLUEGRASS


Pourquoi Dvořák ?

Durant sa brillante carrière, à l’âge de 51 ans, Dvořák fut invité en Amérique pour diriger le Conservatoire national de musique qui venait d’être créé à New York.Très curieux, il fut à la fois inspiré (la symphonie n°9 « du nouveau monde ») et frustré par l’Amérique.

Il découvrit un nouveau matériau musical à travers les musiques populaires des Indiens d’Amérique et dans la musique africaine ; mais il ressentit un profond mal du pays, qui se trouva encore accentué en par le temps qu’il passa dans une importante colonie tchèque d’agriculteurs. C’est alors qu’il composa le Quatuor à cordes « Américain ».

En musique classique, il représente parfaitement la crise identitaire qui a frappé les colons européens qui arrivent alors massivement, thème cher du répertoire américain. Il a été le contemporain et le témoin d’une période agitée de l’histoire : les débuts de l’industrialisation, l’avènement du chemin de fer, la fin des guerres amérindiennes… bref le passage du colon pionnier au colon fermier ; il aurait pu rencontrer Lucky Luke!

Son goût pour les musiques traditionnelles rend sa musique à la fois joyeuse et accessible, mais son écriture est précise et intense. Bien qu’oscillant en permanence entre l’influence des deux pays, il parvient ainsi à concilier deux cultures différentes sur un même territoire.

______________________________________________________________________

D V O Ř Ǎ K  B L U E G R A S S  Q U A R T E T

_______________________________________________________


Ainsi, jouer cette œuvre sur des instruments traditionnels américains (fiddle, mandoline, banjo, contrebasse), au lieu du quatuor classique, est non seulement un moyen de redécouvrir une oeuvre célèbre, mais surtout une volonté de faire rencontrer deux mondes musicaux qui se connaissent peut-être mal, dans la logique même de son compositeur, en utilisant les sonorités qui l’ont inspiré.

De plus, le fait d’intercaler des morceaux typiquements américains (retraçants l’évolution du Old-time au Newgrass) entre les 4 mouvements propose, inversement, de correspondre aux attentes du public « bluegrass » et de surprendre le public « classique ».


L E S   M U S I C I E N S

Gil LACHENAL :

Bassiste, Contrebassiste, diplômé du Musicians Institute de Los Angeles (Californie), titulaire du Diplôme d’Etat de Jazz, il a travaillé avec Scott Henderson, Johnny Griffin, Dee Dee Bridgewater, Louis Winsberg, Georges Arvanitas, Ernie Watts, L’orchestre de Contrebasses, Rhoda Scott, Didier Lockwood… a joué en concert à Montréal, Moscou, New-York, Rome, Madagascar, Paris, Dublin, Rio de Janeiro… lors de diverses tournées et a enregistré de nombreux albums avec des artistes divers. Compositeur et arrangeur, il a également été directeur de l’Orchestre Régional de Jazz Rhône-Alpes pendant cinq ans (à l’écoute : « Le Père François »). Nanti d’une solide expérience pédagogique, il est actuellement professeur au Crd de Romans, au Crd de Valence et à Jazz Action Valence. ..


Gilles REZARD:

Découvre la guitare picking vers l’âge de 16 ans avec les disques de Marcel Dadi, puis le banjo 5 cordes un an plus tard, en écoutant Bill Keith.
Cursus classique : guitare classique en Ecole de Musique puis à l’Ecole Normale de Musique de Paris, et Musicologie à la Sorbonne. Après un séjour aux USA où il rencontre Tony Trischka et Bill Keith, il enregistre « Wood, Metal and Skin », distribuée aux USA par County Sales. Depuis,il a participé à de nombreux groupes La Récré, First Aid, Opus 2, Reel à Shereen, Djawoen, Acoustic Boulevard, Bluegrass Avenue, Solo Banjo Récital, Will’s Picking Band, Bluegrass Burger, et mené de nombreuses sessions en tant qu’enseignant.


Dorian RICAUX:

Commence la guitare vers 14 ans, en découvrant le son de Tony Rice.

A l’origine, très ancré dans la musique Bluegrass, il s’ouvre aujourd’hui à une multitude de musiques acoustiques. Il participe au groupe Acoustic Dream, puis Grasstics (duo guitares).

Trois ans plus tard, il se passionne pour la mandoline, qu’il découvre en autodidacte.

Depuis 4 ans, il donne des cours de guitares et de mandolines.

Il participe à divers concerts dans des univers très différents : chansons françaises, bluegrass, « manouche » et dernièrement, il a joué en Bulgarie avec le groupe « Lily of the west »

Il est fortement influencé par des musiciens tel que David Grier, Bryan sutton, Tim Stafford, Chris Thile, Mike Marshall, Sam Bush, David Grisman…


Et Raphaël MAILLET